Saint Pierre Claver :

Pierre Claver naît en 1580 à Verdu dans une famille de paysans espagnols. Doué, il fait des études chez les jésuites avant d’entrer à 20 ans au noviciat de la Compagnie de Jesus à Tarragone le 7 Aout 1602. Durant ses études de philosophoe à Palma de Majorque (1605-1608) il se lie d’amitié avec saint Alphonse Rodriguez, un frère jésuite portier du collège qui lui parle fréquemment des nouvelles missions en Amérique. Ainsi grandit en lui le désir de partir en mission dans le Nouveau Monde.

Au terme de sa traversiée de l’Atlantique, il arrive, en 1610, en Nouvelle Grenade (Colombie actuelle) à Carthagène des Indes. Le 19 mars 1616 il est ordonné pretre à Carthagène. Le jour de sa profession réligieuse définitive (3 avril 1622) il signe la formule de ses Vœux de réligion : « Petrus Claver, Aethiopium semper servus». (Pierre Claver, esclave des Africains, pour toujours).

Dans ce port arrivent par centaines les esclaves noirs, entassés dans les cales des navires négriers. Leur souffrance et leur déchéance sont indescriptibles. Ils sont traités comme des animaux. Depuis 1605, un autre jésuite, le père Alonso de Sandoval défend leur cause. Pierre Claver poursuit son action ; il les nourrit, les soigne, les habille, les console, les cathéchise. Il se consacre aussi aux condamnés à mort et à tous les plus misérables. Quarante ans de dévouement marqués par de nombreuses conversions. Il meurt, épuisé physiquement et moralement. Il est enterré à Carthagène.

Saint Antoine le Grand : patron des éleveurs de porcs et des charcutiers

C’était un jeune homme riche, propriétaire terrien en Haute-Egypte. Il devient orphelin à dix-huit ans et dès l’âge de vingt ans, il prend l’Évangile à la lettre et distribue tous ses biens aux pauvres, puis part vivre dans le désert en ermite dans un fortin à Pispir, près de Qeman. Là, à la manière du Christ, il subit les tentations du Diable; mais si pour le Christ cela ne dure que quarante jours, pour Antoine c’est beaucoup plus long et plus difficile, les démons n’hésitant pas à s’attaquer à sa vie. Mais Antoine résiste à tout et ne se laisse pas abuser par les visions tentatrices qui se multiplient : ce sont les célèbres tentations de saint Antoine. Le père des moines s’éteint à 105 ans. De nombreuses représentations du saint nous le montrent accompagnées d’un cochon portant une clochette. Émile Mâle signale que cette tradition date de la fin du XIVe siècle, le cochon n’a rien à voir avec la vie du saint mais avec un ordre religieux fondé en Dauphiné en 1095 (les Antonins) : les porcs n’avaient pas le droit d’errer librement dans les rues, à l’exception de ceux des Antonins, reconnaissables à leur clochette.

Saint Vincent : patron des vignerons et des vinaigriers

Diacre de Saragosse, martyr à Valence (+ 304) Vincent est né dans une famille noble à la fin du 3ème siècle, à Huesca, petite cité espagnole au pied des Pyrénées. Très jeune, il devient diacre puis archidiacre à Saragosse. Il était chargé de l’administration des biens de l’église mais il prêchait aussi dans les lieux de culte à la place de l’évêque de Saragosse. Il sut dominer les plus cruels supplices et, malgré ses souffrances, il chantait, riait et répondait avec humour aux humeurs de son tortionnaire, au point que saint Augustin dira de lui: « A travers cette ténacité, on discerne la puissance de Dieu. » On le représente portant un bateau, ceci rappelant qu’il fut embarqué pour être jeté au large. On le trouve souvent avec une serpette, un seau et des grappes de raisin, en sa qualité de patron des vignerons.

Sainte Brigide : patronne des laitiers
Vierge à Fiesole (9ème s.) Ste-Brigide est née vers 450 en Irlande ; on la nomme parfois la seconde vierge Marie. Elle mène une vie irréprochable et retirée dans laquelle les évènements extraordinaires ne manquent cependant pas. Elle fut abbesse d’un monastère double qui devint bientôt un centre spirituel de l’Irlande. Un jour, le monastère reçoit la visite de nombreux évêques. En vue de leur réserver un accueil digne, elle a trait sa seule vache à trois reprises de telle sorte que cette dernière donna autant de lait que trois vaches laitières. A cause de ce miracle du lait, Ste-Brigide est vénérée comme patronne des femmes en couches et des laitiers. Elle est invoquée pour la protection des vaches, des poulaillers et du bétail en général. Son attribut principal est une vache couchée à ses pieds.

Saint Blaise : patron des éleveurs de bovins et ovins.

Il est aussi patron des meuniers
Martyr en Arménie (+ 316) Il naquit, vécut et mourut en Arménie. Il était médecin quand il fut choisit comme évêque de Sébaste. Il fit d’une caverne du mont Argée sa résidence épiscopale et y guérissait aussi bien les hommes que les bêtes sauvages. En 316, Agricola, gouverneur de Cappadoce et de Petite Arménie, arriva à Sébaste sur ordre de l’empereur Licinius pour mettre à mort les Chrétiens et il fit arrêter l’évêque. Comme on le menait en prison, une mère mit à ses pieds son fils unique, qui était en train de mourir par étouffement d’une arête qu’il avait avalée, et l’enfant fut immédiatement guéri. Cependant le gouverneur, incapable de faire renoncer Blaise à sa foi, le fit battre, fit déchirer sa chair avec des peignes en fer et le fit décapiter.

Sainte Dorothée : patronne des maraîchers et des jardiniers
Vierge et martyre à Césarée de Cappadoce (3ème s.) Originaire de Césarée de Cappadoce, où elle faisait l’étonnement des païens et l’édification des chrétiens par ses rares vertus. Pour la faire renoncer à sa foi, le gouverneur la livra à deux sœurs, Christine et Calliste qui avaient apostasié. Elle les fit revenir au Christ. Le gouverneur, furieux, les fit attacher dos à dos et brûler vives. Quant à sainte Dorothée, comme on la menait à la mort, un païen, nommé Théophile, la pria, par raillerie, de lui envoyer « des fruits ou des roses du jardin de son Époux ». Elle le lui promit. Avant de recevoir le coup mortel, elle se mit à genoux et pria. Aussitôt parut un enfant portant trois beaux fruits et des roses fraîches, bien qu’on fût en février, et il les porta, de la part de Dorothée, à Théophile, qui confessa Jésus-Christ et subit le martyre ce jour même en rendant grâces à Jésus-Christ. Dorothée est représentée en compagnie d’un ange et avec une couronne de fleurs. Parfois on la rencontre aussi portant un panier rempli de fleurs.

Saint Jean Baptiste : patron des couteliers, des tonneliers
Nativité de saint Jean-Baptiste (1er s.) L’ange Gabriel dit à Marie au jour de l’Annonciation : « Voici qu’Elisabeth, ta parente, en est à son sixième mois. » Trois mois plus tard, l’Eglise fête donc la naissance de Jean-Baptiste, le précurseur du Messie. Parce qu’un doute l’avait saisi, lors de l’annonce de l’ange, sur la fécondité tardive de sa femme, Zacharie, l’époux d’Elisabeth, avait perdu l’usage de la parole. La naissance de Jean lui délie sa langue afin qu’elle proclame  » Son nom est Jean. » Nom qui signifie, Dieu fait grâce. Dès avant sa naissance, Jean avait reconnu le Christ et tressailli d’allégresse en sa présence. Plus tard, il le baptisera et guidera vers lui ses meilleurs disciples, s’effaçant pour lui laisser la place. Saint Jean-Baptiste occupe dans l’histoire de l’humanité une place incomparable: il sert de trait d’union entre les deux mondes, il résume en lui tout l’Ancien Testament et prépare le Nouveau; il ferme la mission des prophètes et ouvre celle des Apôtres.

Saint Michel (Archange) : patrons des gaufriers et des tonneliers, des boulangers
Saint Archange Son nom signifie  » Qui est comme Dieu ?  » Adversaire victorieux de Satan, il est aussi représenté comme celui qui pèse les mérites de chacun à l’entrée du ciel. Il est le prince de tous les bons anges, le chef des forces du ciel, des armées célestes, le Champion du Bien. Les Saints lui attribuent la plupart des apparitions mentionnées dans l’Ancien Testament. C’est lui, disent-ils, qui retint la main d’Abraham prêt à immoler son fils Isaac; c’est lui qui apparut à Josué et le rendit maître de Jéricho par la chute de ses tours et de ses murailles; c’est lui qui dirigea l’arche de Noé par-dessus les eaux du déluge; c’est lui qui lutta contre Jacob et le bénit; c’est lui qui donna la loi à Moïse sur la montagne du Sinaï; qui rendit David victorieux de Goliath et le préserva de la persécution de Saül …. Il a été le protecteur de la Synagogue; il est le protecteur de l’Église. Les sanctuaires les plus célèbres qui lui aient été dédiés se trouvent sur le Mont-Saint-Michel (en Normandie, dans la Manche) et à Monte-San-Angelo (massif du Gargano, Italie). En France, le 29 septembre était la date à laquelle les fermiers et métayers payaient leurs fermages après la récolte. C’est donc la date traditionnelle d’expiration des baux ruraux, d’où l’expression à la Saint Michel, tout le monde déménage.

Sainte Jeanne d’arc :

Jeanne d’Arc, née vers 1412 à Domrémy, village du duché de bar (actuellement dans le département des Vosges en Lorraine), et morte sur le bûcher le 30 mai 1431 à Rouen, capitale du duché de Normadie alors possession du royaume d’Angleterre, est une héroïne de l’histoire de France, chef et sainte de l’Eglise Catholique , surnommée depuis le 16 ème siècle « la Pucelle d’Orléans ».

Au début du xve siècle, cette jeune fille de dix-sept ans d’origine paysanne affirme avoir reçu de la part des saints Michel, Marguerite d’Antioche et Cathérine d’Alexandrie la mission de délivrer la France de l’occupation anglaise. Elle parvient à rencontrer Charles VI, à conduire victorieusement les troupes françaises contre les armées anglaises, à lever le siège d’Orléans et à conduire le roi au sacre à Reims, contribuant ainsi à inverser le cours de la guerre de cent ans.